Marchés émergents : Un entretien avec le Dr. Alexander Mirtchev

Diplomatic Courier : Que doivent faire les économies en développement rapide et les marchés émergents face à la crise économique ?

Dr. Mirtchev : La reprise des marchés émergents et des économies en développement rapide sera probablement prolongée et inégale, certains secteurs industriels étant plus performants que d'autres. Les économies riches en matières premières, par exemple, ont fini par posséder beaucoup d'actifs surévalués par le biais de leurs banques, de leurs fonds souverains et d'autres véhicules. Le degré d'effet de levier associé au financement d'un boom et le degré d'implication de leurs banques et autres intermédiaires financiers ont déterminé l'ampleur des effets de bilan dans ces pays et leurs actions respectives.....


Marchés émergents : Un entretien avec le Dr. Alexander Mirtchev

Diplomatic Courier : Que doivent faire les économies en développement rapide et les marchés émergents face à la crise économique ?

Dr. Mirtchev : La reprise des marchés émergents et des économies en développement rapide sera probablement prolongée et inégale, certains secteurs industriels dépassant les autres. Les économies riches en matières premières, par exemple, ont fini par posséder beaucoup d'actifs surévalués par l'intermédiaire de leurs banques, de leurs banques souveraines et de leurs banques de développement.

fonds de richesse, et autres véhicules. Le degré d'effet de levier associé au financement d'un boom et le degré d'implication de leurs banques et autres intermédiaires financiers ont déterminé l'ampleur des effets de bilan dans ces pays et leurs actions respectives. Si l'offre de crédit s'effondre pendant la crise, les entreprises feront tout simplement faillite et une génération d'entrepreneurs retournera à des fonctions publiques non réformées pas très gratifiantes. La clé ici est donc d'adopter des politiques qui préserveraient l'esprit d'entreprise naissant de ces nations, l'attitude positive qui les a poussées à prendre des risques et à essayer au moins de construire des entreprises solides. Un financement provisoire est essentiel, mais chaque nation devra examiner de près ses intermédiaires financiers : ont-ils été irresponsables ou tout simplement incompétents dans leur conduite sur le marché du crédit ? Il semble que les gouvernements doivent aborder leurs secteurs financiers avec des critères beaucoup plus stricts que les acteurs de l'"économie réelle" qui ont la promesse de restaurer la croissance économique sur ces marchés. En bref, les économies en développement rapide et les marchés émergents devraient chercher leur propre moyen de sortir de la récession, certains dans le contexte d'une coopération mondiale, comme le cadre du G20, d'autres séparément, dans des directions qu'ils perçoivent comme stratégiques pour leur propre survie et leur développement futur.

Diplomatic Courier : Vers quelles industries pensez-vous que les économies se tourneront, si elles le font, et pourquoi ?

Dr. Mirtchev : Les économies en développement rapide et les gouvernements des marchés émergents suivraient des stratégies de sortie différentes. Leurs plans se concentreraient sur les industries qu'ils considèrent comme étant en phase avec leur développement économique de base d'après-crise. En outre, nous pourrions assister à des "expériences", parfois même à un "changement de cap" dans de nouvelles directions qui sont considérées, mais pas encore prouvées, comme ayant un potentiel à long terme pour les économies respectives. En réalité, elles concentreront leurs efforts pratiques sur leurs industries de base et dans les directions où elles prévoient une croissance rapide, et où se trouvent leurs avantages concurrentiels, réels ou perçus, en termes de rentabilité. Ces économies sont susceptibles de générer une croissance économique dans un premier temps dans des secteurs industriels sélectionnés, tels que l'exploitation minière, la production d'électricité, les biens de consommation et l'agroalimentaire, avec un potentiel de reprise exponentielle à mesure que les retombées de la crise financière dans les économies développées commencent à s'estomper. Dans certains cas, j'espère que le gagnant sera l'agriculture et l'industrie alimentaire. Dans certaines économies émergentes, la crise amène les maigres filets de sécurité au point de rupture, ce qui, dans de nombreux endroits, pourrait signifier famine et tragédie. La production alimentaire est possible à une micro-échelle locale et, avec un savoir-faire approprié, un peu de financement extérieur et une libéralisation du marché agricole, elle peut conduire à l'émergence d'entreprises durables qui créeront des emplois et nourriront des millions de personnes. Bien entendu, l'agriculture, les services et l'industrie modernes dépendent des infrastructures. Les experts reconnaissent que si le déficit de financement des infrastructures n'est pas comblé, l'Afrique restera un retardataire compétitif lorsque l'activité économique mondiale reprendra.

Diplomatic Courier : Si les économies ne changent pas leur orientation internationale, comment voyez-vous cette orientation évoluer ?

Dr. Mirtchev : L'attention internationale va revenir, car les pays commencent à réaffirmer leurs avantages concurrentiels relatifs et les stratégies de croissance qui en découlent. La principale question est de savoir s'ils le feront dans le cadre du système existant fondé sur des règles, largement régi par l'OMC. L'élan qui pousse à poursuivre les négociations du cycle de Doha vient de l'appréhension d'une possible érosion du marché mondial par les "milliers de coupes" de petites mesures protectionnistes, ainsi que des symptômes de la fragmentation du marché mondial. Il est important de garder à l'esprit que les économies en développement rapide comme la Chine, l'Inde, la Russie ou le Brésil continueront à se concentrer sur des politiques qui résoudront d'abord leurs propres problèmes économiques tout au long de la reprise et de l'immédiat après-crise de l'économie mondiale, et qui, dans l'ensemble, façonneront les spécificités de leur orientation internationale. Il faut également s'attendre à ce que les économies en développement rapide tentent d'établir de nouvelles synergies entre elles, en recherchant de nouvelles opportunités et sources de revenus au-delà des économies développées qui ne se sont pas encore rétablies, et en se plaçant aux avant-postes sur les petits marchés émergents moins chanceux.

Diplomatic Courier : Quelles sont les économies en développement qui ont réussi à s'en sortir pendant cette récession et quelle a été la clé de leur succès ?

Dr. Mirtchev : Toute discussion sur le succès serait prématurée tant que nous ne sommes pas certains des signes de la reprise mondiale, qui signifie en fait la reprise de l'économie américaine. Tomber un peu moins vite dans le précipice n'est pas une mesure du succès tant que l'on n'a pas touché le fond et que l'on n'est pas capable de rebondir. Toutefois, il n'est pas trop tôt pour parler des facteurs nécessaires à un rebond. Pour l'heure, le succès relatif revient aux économies en développement rapide telles que la Chine, l'Inde, la Russie, le Brésil, etc. qui ont su exploiter leurs principaux atouts, comme les ressources naturelles ou les capacités de production supplémentaires. Ces économies ne bénéficient pas seulement de certains avantages naturels, mais ont également été en mesure d'accumuler beaucoup de "crédit positif" sur la base de leur contribution à l'économie mondiale.

Diplomatic Courier : Pendant une période de ralentissement économique, il existe souvent des opportunités d'investissement qui peuvent fournir des rendements importants une fois la reprise amorcée. Pensez-vous que les marchés émergents du monde d'aujourd'hui seront en mesure d'accéder à ces opportunités, ou ont-ils été trop durement touchés par la récession pour agir ?

Dr. Mirtchev : L'appétit pour le risque revient rapidement tant sur les marchés de capitaux que chez les investisseurs institutionnels. Même si la fin de la crise n'a pas encore été atteinte, les multinationales, les fonds souverains et les fonds de capital-investissement ont déjà commencé à "aller à la pêche" . Les investisseurs institutionnels ont déjà commencé à rechercher de manière proactive des transactions parmi les actifs en difficulté laissés dans le sillage de la crise, même si celle-ci n'est pas encore terminée. On peut dire que nous observons des signes positifs, renforcés par le sentiment que les "mauvaises nouvelles" du secteur financier ont été révélées et que le marché est "fatigué" de la morosité ambiante. Dans le même temps, les autorités de régulation tenteront au moins d'éviter de nouveaux booms financés par les banques qui peuvent conduire à des faillites plus douloureuses. Par conséquent, les opportunités d'investissement privé peuvent sembler beaucoup moins attrayantes pour les investisseurs si les gouvernements limitent agressivement l'effet de levier, introduisent des limites contracycliques du ratio prêt/valeur, appliquent des exigences de prêt plus strictes, imposent des limites à l'exposition aux devises étrangères, éliminent les garanties implicites de change ou les incitations fiscales pour des types de prêts particuliers.

Diplomatic Courier : Le protectionnisme contre le libre-échange a été un sujet très débattu. Quel impact une position pro-protectionniste aux États-Unis pourrait-elle avoir sur ces économies ?

Dr. Mirtchev : Ce soi-disant débat a été alimenté notamment par la campagne présidentielle américaine qui a coïncidé avec le développement rapide de la crise mondiale du crédit. Au fur et à mesure que la nécessité d'une posture politique s'estompe, la rhétorique du protectionnisme pur et simple s'estompe également. Les campagnes politiques vont et viennent, mais d'une manière ou d'une autre, la loi des conséquences involontaires s'applique dans les mauvais moments avec vengeance. Cela dit, la menace du protectionnisme est bien réelle. Malgré les déclarations contraires du G8 et du G20, les mesures d'intervention gouvernementales prises par les économies développées, les économies en développement rapide et les marchés émergents pour faire face aux problèmes causés par la crise économique, peuvent encore entraîner des vagues persistantes de protectionnisme et, en fin de compte, la fragmentation des marchés. Cette menace doit être prise au sérieux, quelle que soit la rhétorique qui peut servir d'excuse à un isolement auto-infligé par certains. Le danger du protectionnisme et les signes de fragmentation du marché pourraient freiner la croissance économique pendant une période qui pourrait être plus longue que les scénarios les plus pessimistes. La réalité est que les États-Unis n'ont pas d'autres choix viables que de collaborer avec d'autres économies clés pour préserver le cadre politique du commerce mondial et mettre fin aux contractions commerciales débilitantes. Le volume du commerce mondial devrait diminuer d'environ 10 % en 2009, soit la pire baisse depuis les années 1930. Les flux mondiaux d'investissements directs étrangers devraient chuter de près de 30 % en 2009 par rapport à 2008. Les économies émergentes et en développement (notamment l'Europe de l'Est et l'Asie centrale) sont particulièrement touchées, car la capacité des entreprises à investir a été réduite par un accès plus restreint aux ressources financières et leur propension à investir est diminuée par des perspectives économiques négatives. Cependant, les économies émergentes et en développement sont toujours des marchés importants pour les investissements directs étrangers et les exportations américaines, et ces économies peuvent être une force motrice clé dans la reprise mondiale en supposant que les investissements et le commerce rebondissent avec le soutien international.

Diplomatic Courier : Que signifie la crise pour les institutions de développement qui sont censées guider les marchés en développement ?

Dr. Mirtchev : La réunion du G20 à Londres en avril a promis 500 milliards de dollars supplémentaires au FMI, plus 100 milliards de dollars de prêts aux marchés en développement et émergents de la part des banques multilatérales de développement, dirigées par la Banque mondiale. En outre, 250 milliards de dollars ont été promis pour les deux prochaines années afin de soutenir le financement du commerce, dont 50 milliards de dollars via la Banque mondiale. La Banque mondiale a engagé 54,8 milliards de dollars pour l'exercice 2009 afin d'aider les pays en difficulté, soit une augmentation de 54 % par rapport à l'exercice 2008. L'augmentation des ressources s'accompagne d'un paysage politique de plus en plus compliqué : qui contrôle l'argent, à quelles conditions, où et quels projets sont financés ? Plusieurs économies en développement rapide - notamment la Chine, la Russie et le Brésil - ont pris des engagements financiers substantiels auprès des IFI dans le cadre du G20 et exigent déjà d'avoir davantage leur mot à dire sur la manière dont l'argent est dépensé. Il faudrait qu'elles soient engagées dans le processus d'aide à la reprise économique mondiale, et leur rôle devrait être mutuellement acceptable et bénéfique pour tous les acteurs. Les États-Unis se sont engagés à apporter un soutien supplémentaire de 108 milliards de dollars au FMI - et ce soutien est assorti d'un appel à la réforme de la gouvernance et, dans le cas des contributions américaines, de certaines conditions, par exemple des normes de travail et environnementales plus strictes. Les sommets du G20 et du G8 ont atteint les objectifs qu'ils s'étaient fixés - une déclaration ferme sur l'introduction d'une réglementation élargie et renforcée dans le secteur financier, un coup de pouce au FMI et un accord sur la nécessité de soutenir la croissance mondiale. Néanmoins, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour relancer l'activité économique, et la coordination est difficile à obtenir sur la manière de donner l'impulsion et la confiance nécessaires à l'économie mondiale. En outre, lors du sommet du G8 de juillet, les dirigeants ont indiqué que le FMI serait le lieu où seraient élaborées les recommandations politiques sur les stratégies de sortie des mesures de relance. Cela signifie que les pays en développement ont - une fois de plus - le choix : revenir à l'ancien paradigme consistant à attendre l'aumône tout en faisant semblant de tenir compte des conseils politiques ou développer leur propre réflexion sur la manière dont l'aide devrait être structurée à la suite de la crise. Le choix leur appartient puisque, depuis la fin de la guerre froide, personne n'est susceptible de vouloir leur imposer une solution. À long terme, la nouvelle architecture financière pourrait très bien s'aligner sur la nature évolutive du marché mondial et en particulier du secteur financier mondial, en reconnaissant et même en facilitant ses nouvelles réalités émergentes, au lieu de renforcer et de retrancher essentiellement le statu quo précédent. Cela signifie qu'il faut progressivement mettre en place les éléments d'un " méga-marché financier mondial " à participation massive, fondé sur les nouvelles technologies et infrastructures déjà en place, qui donne aux acteurs du marché et aux consommateurs individuels les moyens de mener des activités commerciales, en les incitant plutôt qu'en les restreignant, en établissant des règles du jeu claires, cohérentes et transparentes et, respectivement, en les informant des nouvelles réalités. Cela, cependant, reste à voir. [DC]

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.